Le cahier des charges pour logiciel : comment le réaliser ?

Qu’on se le dise, rédiger un cahier des charges exploitable pour la réalisation d’un logiciel est indispensable. Même si cela n’est pas une tâche facile.

cahier charge logicielEn effet, lorsqu’il s’agit de votre cœur de métier, vous êtes bien entendu le mieux placé pour faire les meilleurs choix. Ainsi, que ce soit pour développer ou faire développer un logiciel, retranscrire toutes vos exigences de manière précise et surtout détaillée et exhaustive est un passage obligé. Celui-ci aura pour fonction de formaliser vos besoins afin que ces derniers soient compris par l’ensemble des acteurs impliqués dans votre projet de développement de logiciel.

Maintenant que vous êtes d’accord avec le principe, nous allons tenter de synthétiser toutes les étapes qui vous permettront de le réaliser. Mais avant cela, faisons un petit pas en arrière pour commencer :

Qu’est-ce qu’un cahier des charges et pourquoi l’établir ?

De manière brève, le cahier des charges est le document qui décrira le périmètre applicatif de votre logiciel et détaille les fonctions attendues. Celui-ci devra regrouper toutes les informations nécessaires à la conception ou l’identification de l’outil décrit. Mais quelles informations nous direz-vous ? Données traitées, l’architecture générale, fonctions développées, états à reproduire, etc. Le cahier des charges vient en second temps après l’expression des besoins. Il répond à l’expression des besoins en donnant pour chacun d’eux un support de réalisation.

– Si vous n’êtes toujours pas convaincu, cliquez ici pour découvrir l’intérêt de créer un cahier des charges pour logiciel.

Grandes lignes de l’élaboration du cahier des charges

Faire une présentation générale du logiciel

Créer, adapter, développer ou même étendre, pour l’instant vous êtes le seul à savoir ce qu’il en est du logiciel qui se trouve dans votre imaginaire. C’est pour cela que cette première étape consiste en la rédaction d’une rubrique qui décrit, de manière globale, l’objectif général du logiciel et ce que vous attendez de son utilisation, autrement dit son intérêt.

Pour cela, prévoyez entre 30 et 50 lignes. Si vous ne savez pas par où commencer, tentez simplement de répondre à la question fondamentale : Quel objectif je souhaite atteindre en réalisant ce logiciel ?

Définir les utilisateurs et leurs droits respectifs

Si vous réalisez un superbe logiciel, vous ne serez sans doute pas le seul utilisateur, il est donc important de consacrer cette deuxième rubrique à l’identification de chacun des types d’utilisateurs pouvant accéder à cette solution ainsi que les droits d’accès et/ou utilisation de chacun, car, même si celui-ci est utile à plusieurs catégories, toutes n’auront souvent pas accès aux mêmes actions.

Pour faire simple, tentez de faire l’exercice comme suite. Imaginez l’exploitation du logiciel dans votre entité. Rapidement, commencez à inscrire les noms des personnes qui l’utiliseront ; ajoutez leurs fonctions respectives suivies d’un verbe et d’une phrase courte décrivant l’action.

Exemple, Nicolas (Commercial) : consulter les demandes de devis, contacter les clients, rapporter le résultat de la mise en relation.

Retranscrire la liste des utilisateurs et leurs prérogatives

Maintenant que toutes ces informations ont été éclaircies, il est possible de les intégrer dans cette rubrique du cahier des charges. Pour plus de pertinence, il est préférable de dresser un tableau et de regrouper les utilisateurs par catégories. De plus, prenez le soin de dresser une liste exhaustive car l’étape qui suit consiste en la création de sous-rubriques pour chaque utilisateur et de décrire de manière précise toutes les actions et éventuelles contraintes, commandes techniques par exemple.

Décrire les contraintes logicielles et matérielles

Parce que ce logiciel sera amené à travailler en adéquation avec d’autres facteurs, il est important que toutes les contraintes matérielles et logicielles soient présentes dans le cahier des charges afin d’éviter les surprises.

Les contraintes matérielles sont à vrai dire les limites physiques de vos ordinateurs hôtes. A titre d’exemples courants : la mémoire vive ; le disque dur et enfin la vitesse du processeur qui entre également en jeu.

Les contraintes logicielles sont quant à elle de deux ordres :

  • Le premier étant l’environnement d’exécution du logiciel seul.
  • Le second étant l’interaction de celui-ci avec le système d’exploitation en place et les autres logiciels.

L’important étant encore une fois de dresser les points de manière exhaustive compte tenu de leur importance.

Conclusion

Il est important de toujours retranscrire de manière explicite ses besoins. Cela permet de savoir quel est le produit fini attendu et surtout, cela permet de faire une estimation de coûts et de délais. Dans cet article, nous vous avons exposé les principales étapes de l’élaboration d’un cahier des charges pour la partie fonctionnelle. Toutefois, sachez que d’autres informations peuvent rentrer en jeu si nécessaire parmi lesquels l’historique de l’entreprise, le coût et le budget maximal et les délais de réalisations pour ne citer que ceux-ci.

  • Pour aller plus loin, découvrez comment rédiger correctement un cahier des charges
5 1 Vote
Évaluation de l'article
S'abonner
Recevoir des notifications pour :
guest

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

1 Commentaire
Nouveaux
Anciens Meilleurs votes
Commentaires publiés
Voir tous les commentaires
Programme pinel Corse
Programme pinel Corse
5 années plus tôt

Un article qui va pouvoir sauver plus d’un sur la réalisation de leur projet.

1
0
N'hésitez pas à commenterx
()
x